Les rendez-vous de Philopop - La mondialisation est-elle un «  doux commerce  »  ?

10 mai 2020 - 566 vues

La mondialisation est-elle un «  doux commerce  »  ?

Par sa théorie du «  doux commerce  », Montesquieu ferait l'apologie du libre-échange qui, seul, pourrait apporter la prospérité et la paix entre les nations. Est-ce bien ce que veut dire Montesquieu lorsqu'il écrit  : «  L'effet naturel du commerce est de porter à la paix  » (Esprit des Lois, Livre XX, chapitre 2).

La lecture des livres consacrés par Montesquieu à la question du commerce dans l'Esprit des lois (1748) permettra de réfléchir à sa nature et à son rôle, et de nous demander si l'on peut voir en lui le moteur du progrès de la civilisation. Qu'en est-il ainsi de ce que nous appelons aujourd'hui la mondialisation  ?

Notre propos suivra 3 étapes  :

1- La réflexion de Montesquieu montre d'abord les effets corrupteurs du commerce avant d'en aborder les effets bénéfiques (livre XX)

2- En quel sens le commerce «  adoucit-il  » les mœurs  ? Montesquieu pense-t-il que le commerce apporte toujours la prospérité et la paix  ?

3- Le «  doux commerce  » désigne-t-il un processus naturel qui entraîne le progrès de la civilisation  ? La critique des contre-sens commis sur ce que Montesquieu entend par «  doux commerce  »

Conclusion  : à la lumière des analyses de Montesquieu, que penser de la mondialisation  ? Que penser par exemple d'un traité de libre-échange entre le Canada et les pays de l'Union Européenne comme le CETA (traité ratifié par les députés français en 2019)  ?

Lectures conseillées  :

L'Esprit des lois de Montesquieu, livre XX et XXI,

Le Capital de Marx, livre 1, huitième section, chapitre 31

site de PHILOPOP  : https://sites.google.com/site/philopoplh/

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article