#Pharenheit : Sprint par Emmanuelle Vo-Dinh

29 janvier 2020 - 123 vues
Télécharger le podcast

La danse moderne a osé des choses formidables. Comme s’en tenir à un geste. Un seul. Ne s’attacher qu’à lui. Le mettre à l’épreuve. En tirer tous les possibles. Sprint, d’Emmanuelle Vo-Dinh est une course, «rien qu’une course» autour du plateau, dont son interprète proche, Maeva Cunci, relève le défi, cinquante minutes durant. Où le regard est tenu en haleine, sur une ligne de tension extrême, aux palpitations toujours relancées.

C’est le rythme implacable. Le souffle qui gronde. Le port de buste qui s’infléchit. La trajectoire qui dévie. La pause qui s’accorde. L’obstination qui se ressaisit. Le lâcher qui surgit. Et l’âme qui divague. Le but toujours enfui. Vienne la danseuse à s’accorder un long arrêt : alors un allant tournoyant rémanent continue d’empreindre le regard spectateur. Expérience saisissante. Où l’on craignait l’ennui, s’ouvre l’horizon, vertigineux.

Les variations de l’être, en ses gestes, sont infinies. L’accumulation, la répétition, en révèlent plus, et toujours d’autre encore. C’est qu’on n’a pas affaire à des artistes occupés à des simagrées, jouant un rôle et brodant de jolies figures. Dans Sprint, la vérité se donne entière à ce qu’on est en train d’éprouver.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article