Viva sur Scène - Grande Conversation - Le Festival du futur

24 mars 2024 à 12h05 - 202 vues
Télécharger le podcast

Évènements éphémères rythmant la vie culturelle, les festivals sont indissociables d’un territoire. En 2022, la France comptabilisait 7282 festivals. Durement frappé par la crise sanitaire, le monde du spectacle vivant et en particulier de la musique sur scène reprend son activité aujourd’hui, bien que fragilisé, avec des impératifs de rendements élevés et la crainte de voir l’intégralité du domaine s’effondrer. Une véritable course à la fréquentation est observée pour les festivals importants.

Parfois perçus comme de véritables ambassadeurs des territoires hôtes, ces évènements sont des dates majeures autour desquelles s’organise la vie culturelle et touristique des alentours. On estime également que les festivals engendrent des retombées économiques locales importantes, grâce notamment à la consommation des festivaliers sur place (hôtel, transport, restauration).

L’Etat mesure leur poids important dans le développement économique des territoires associés, ainsi que leur contribution à leur image. C’est pour cela qu’il soutient leur organisation par des aides (30 milliards d’euros annoncés par le ministère de la Culture pour 2024), sous réserve du respect de critères écologiques. En effet, le modèle des festivals, critiquable au regard de la transition écologique, est appelé à évoluer dans un futur plus ou moins proche.

Ainsi, si de nombreux festivals travaillent à se rendre plus vertueux pour l’environnement, leur existence-même fait peser des enjeux écologiques sur leur territoire d’accueil. Entre excès de déchets, pénurie en eau, encombrement des structures d’accueil, mais aussi empreinte carbone des festivaliers, le monde des festivals à succès s’avère encore perfectible. Face aux enjeux écologiques, les festivals se doivent donc de trouver un modèle allant au-delà des efforts déjà effectués.

Cette "Grande Conversation" sera l’occasion de discuter autour d’un modèle, celui du festival urbain, qui représente aujourd’hui deux tiers des festivals français. La question est en effet de savoir s’il est possible de concevoir un festival urbain sans conséquences négatives sur son lieu d’implantation.

Avec :
Eric Charnay, vice-président de l’association
Pierre Sauvannet, Lou Robert-Bonamy, Anna Daffinet, étudiants en master Tourisme, Parcours ingénierie touristique et culturelle (Université Le Havre Normandie, UFR Lettres et Sciences humaines)

Intervenant.e.s : Gwendolenn Sharp (The Green Room), Franck Testaert (Papa's Production)

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article